• I-O LIFE
  • Comment éviter un cancer de la peau ?

“Pour se prémunir du cancer de la peau, on peut faire trois
choses : éviter de s’exposer au soleil, porter des vêtements couvrants, ou s’enduire suffisamment de crème solaire”. Voilà en substance ce que déclare le dermatologue Thomas Maselis, force motrice de la campagne de santé publique européenne Euromelanoma.


Le nombre de cas de cancer de la peau a fortement augmenté ces dernières années. C’est ce qui ressort des données du Registre de la Fondation contre le Cancer. Près de 39.000 patients viennent s’ajouter chaque année, dont environ 3.000 sont des mélanomes, la forme la plus agressive de la maladie. Cela représente une augmentation de 350% depuis le début des observations en Belgique en 2004, et pour les mélanomes il s’agit d’un doublement.

Le docteur Maselis ajoute : « Une des raisons principales de cette forte augmentation est due à de mauvaises habitudes d’exposition au soleil. Pendant l’année, nous sommes trop souvent à l’intérieur et, quand nous partons en vacances, nous sommes presqu’en permanence exposés au soleil. C’est le résultat de la démocratisation des vacances, mais entretemps le mal est fait. »

Une brûlure par le soleil provoque une réaction inflammatoire et un endommagement des cellules de la peau. Par la même occasion, le matériel ADN de ces cellules est touché. Ensuite survient une réparation, mais elle n’est jamais complète. Il y a toujours un dommage résiduel, qui ouvre la porte au développement d’un cancer plus tard. Il peut s’écouler plusieurs décennies entre l’endommagement de l’ADN et le développement d’une tumeur au niveau de la peau.

Se protéger aussi bien des rayons UVA que des rayons UVB

Les rayons solaires UVA comme UVB sont nocifs, mais de manière différente. Les rayons UVB pénètrent directement dans la peau, et provoquent le brunissement, mais aussi potentiellement une brûlure si la peau n’est pas protégée comme il faut.

Les rayons UVA représentent quant à eux un danger indirect. Ils entraînent non seulement un vieillissement de la peau, mais ils pénètrent aussi très profondément et provoquent alors la production de ce qu’on appelle des radicaux libres. Ces substances tentent alors de se fixer sur d’autres cellules, qui par conséquence deviennent instables. Normalement, une cellule qui ne fonctionne plus correctement se détruit elle-même, c’est ce qu’on appelle l’apoptose. Mais, suite à un dommage, les gènes responsables de cette autodestruction peuvent être inactivés, ce qui fait que ces cellules peuvent alors se multiplier sans entrave et entraîner une tumeur.

Il est donc important de se protéger aussi bien contre les rayons UVB que contre les rayons UVA. Mais comment faut-il faire ?

Evitez le soleil intense

Voici les conseils du Dr. Maselis : “Tout d’abord, rechercher l’ombre, particulièrement en cas de soleil intense. C’est surtout important pour les personnes qui ont une peau fragile, comme les personnes pâles et les enfants, et en période estivale. Plus la terre est proche du soleil, plus le rayonnement solaire est intense. D’ailleurs, deux heures avant et deux heures après la position solaire la plus haute vers midi, on est soumis à 60% du rayonnement UV de toute une journée. Il vaut donc mieux se tenir à l’abri pendant cette période-là.”

Choisissez des vêtements adéquats

En deuxième lieu : portez des vêtements qui protègent. La couleur noire est la plus efficace. Elle absorbe la lumière solaire, alors que le blanc la réfléchit. Un vêtement blanc a le même effet qu’une crème solaire avec facteur de protection 25, alors qu’une tenue noire correspond à un facteur de protection de 60 à 100. Mais il faut que la texture du vêtement soit suffisamment dense. Ceux qui offrent la meilleure protection sont les vêtements fabriqués à partir d’une matière qui absorbe les UVB. Et attention aux vêtements mouillés. Ils ne représentent plus qu’un facteur de protection 5.

Enduisez-vous suffisamment de crème solaire

En troisième lieu : s’enduire suffisamment de crème solaire. Pour bien faire, il faudrait enduire 20 mg par mètre carré de peau. Pour un homme adulte, ceci correspond à 30 à 40 grammes par application. Avez-vous déjà vérifié la quantité contenue dans un tube de crème ? En pratique, on s’enduit en fait insuffisamment. Souvent, même pas un tiers de ce qui est préconisé. Choisissez aussi une crème avec un facteur de protection suffisamment élevé.

Un facteur de protection 10 signifie que vous pouvez rester dix fois plus au soleil sans brûler que sans crème. Avec un facteur de protection 50, c’est 50 fois plus. Le facteur de protection n’indique donc pas de combien de minutes il s’agit. Cela dépend de la personne et de sa sensibilité aux brûlures.

Ces crèmes solaires sont quand-même des produits chimiques, sont-elles dès-lors bonnes pour la santé ? “Il existe deux types de crèmes : l’une réfléchit la lumière solaire, l’autre l’absorbe en transformant l’énergie en chaleur. Les crèmes solaires peuvent avoir une incidence sur la peau, mais le rapport bénéfice/risque penche quand-même malgré tout encore en faveur des facteurs de protection.

Prenez des antioxydants

En plus de cette protection directe contre le soleil, vous pouvez aussi prendre des antioxydants une semaine avant votre départ en vacances. Ceux-ci peuvent empêcher que les radicaux libres générés par les rayons UVB n’endommagent votre peau.

Pour le reste, vous pouvez sortir régulièrement. Votre peau se charge alors elle-même en partie de se protéger en devenant brune et en s’épaississant. La couche cutanée superficielle peut devenir jusqu’à six fois plus épaisse.

Que faire si vous êtes malgré tout brûlé ? “Vous pouvez rafraîchir votre peau sous l’eau fraîche et appliquer une crème après solaire (aftersun). Mais c’est plus une question de confort. Une cellule endommagée reste endommagée.

Qui court le plus grand risque ?

Quelles sont les personnes qui doivent faire le plus attention ? “Tout d’abord les personnes qui ont deux membres de leur famille directe qui ont développé un cancer de la peau. Ensuite celles qui ont plus de 100 taches de naissance de forme irrégulière. Également les gens qui ont déjà eu un cancer de la peau, car ils sont plus susceptibles d’un nouveau développement.

A quoi faut-il faire attention ? “Prenez surtout la peine de regarder les taches sur votre corps. Si vous en voyez une qui est tout-à-fait différente des autres, il vaut mieux être vigilant. Ensuite, il faut suivre la règle ABCDE. A pour Asymétrie - les taches dont les deux moitiés ne sont pas les mêmes sont plus dangereuses. B pour Bords - il vaut mieux tenir à l’œil les taches avec bords irréguliers. C pour Couleur - plus une tache a de couleurs, moins bon est le pronostic. D pour Diamètre - plus la tache est grande, plus il faut y être attentif. Et enfin E pour Evolution - est-ce que la tache s’agrandit ou pas ? ” En cas de doute, mieux vaut consulter un dermatologue, qui pourra vous conseiller correctement.

Qu’en est-il alors des bancs solaires ? “Ils assurent un bronzage rapide. Mais la quantité de rayons utilisée pour obtenir ce résultat est trop élevée. Cette quantité correspond à l’intensité du soleil sur l’heure de midi sous les tropiques”, conclut le Dr Maselis.

En conclusion : profitez du soleil - mais bien protégés, surtout les enfants !

ONCBE1905474 – approved 09/2019

À LIRE AUSSI...

Prendre soin de sa peau

I-O Life

Pourquoi votre peau mérite une attention particulière lorsque vous avez un cancer ? Parce que, quand on prend soin de sa peau, on se sent mieux et plus sûr de soi…

Comment parler du cancer à ses enfants ?

I-O life

Le cancer est une épreuve pour toute la famille, y compris pour les enfants. Mais doit-on leur en parler ? Comment ? Que faut-il dire et que faut-il taire ? Les conseils d’Aurore Liénard, oncopsychologue à l’Institut Jules Bordet.

Ceci n’est pas du sport… c’est un traitement !

I-O life

Tout au long de la maladie cancéreuse, l'activité physique est un des éléments à part entière du traitement. Maëlle Detry explique pourquoi et comment.

Témoignage : Stefanie, The Big C Coffee

I-O life

L’histoire de Stefanie commence lorsqu’elle découvre à l’âge de 26 ans qu’elle est atteinte d’un cancer. Cinq ans plus tard, elle nous explique à cœur ouvert comment à l’époque elle était surtout inquiète pour sa famille.

I-O Pedia

Les mélanomes

Immuno-Oncologie