NL

Comment le corps réagit-il face aux immuno-thérapies? (effets secondaires)

Les traitements d’immuno-oncologie stimulent le système immunitaire, ce qui peut provoquer des effets secondaires.

L ’immunité repose sur un équilibre subtil. Insuffisamment actif, le système immunitaire laisse les cellules cancéreuses se développer. Trop stimulé, il peut provoquer des réactions auto-immunes. Les traitements d’immuno-oncologie peuvent ainsi avoir des effets secondaires différents de traitements classiques, comme les chimiothérapies. La plupart sont peu sévères et réversibles.

Une réaction immunitaire… parfois excessive

Les effets indésirables sont souvent liés à une réaction immunitaire excessive et donc au mode d’action même du traitement.

Ces effets indésirables doivent immédiatement être signalés à votre médecin.

Ils apparaissent généralement durant le traitement, mais aussi jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt de celui-ci.

La peau et le système digestif parfois atteints

Parmi ceux-ci, on compte la fatigue et les douleurs articulaires. Certains organes, sensibles à l’auto-immunité, sont plus souvent atteints : la peau (éruptions cutanées, démangeaisons), l’appareil digestif (diarrhées, nausées) et les glandes endocrines (troubles thyroïdiens).

Un rapport bénéfices-risques favorable

D’autres effets secondaires plus sérieux peuvent apparaître, même s’ils ne sont pas plus fréquents qu’avec les chimiothérapies classiques : moins d’un cas sur cinq en général. Dans l’ensemble, les bénéfices attendus outrepassent les risques potentiels. C’est la condition pour qu’un traitement médical, quel qu’il soit, puisse être prescrit à des patients.

Ce site Web est optimisé pour l'affichage horizontal sur votre tablette.

Ce site Web est mieux vu en utilisant l'affichage vertical sur votre appareil mobile.