I-O Pedia

CONNAITRE ET COMPRENDRE LES CANCERS ET LEURS TRAITEMENTS

Les autres traitements anticancers


La majorité des patients atteints d’un cancer reçoivent plus d’un traitement. Le choix, leur fréquence, leur objectif et l’ordre dans lequel ils sont administrés varient d’un cas à l’autre.

Chaque patient est unique. Même dans un même type de cancer, une tumeur n’est pas l’autre. Raison pour laquelle chaque cas est discuté de façon collégiale au sein de concertations multidisciplinaires oncologiques. Ces réunions réunissent régulièrement tous les médecins et professionnels de la santé amenés à se pencher sur un cas de cancer : oncologues, chirurgiens, radiothérapeutes, spécialistes en médecine nucléaire, anapathologistes, CSO, etc. Leur objectif : déterminer la meilleure stratégie thérapeutique pour chaque patient.

L’ordre des traitements anticancers

L’ordre ou la séquence des traitements dépend de plusieurs paramètres : protocole/guideline en vigueur, stade du cancer, âge du patient, état de santé générale, etc.

  • Un traitement de 1re ligne est administré en tout premier lieu. En 2e ligne ou 3e ligne signifie qu’un ou deux autres traitements ont été essayés avant.
  • Quand un traitement est administré seul, on parle de monothérapie. Les traitements peuvent aussi être combinés.
  • Un traitement adjuvant est administré après un traitement principal (ex : chirurgie,). Objectif : éradiquer d’éventuelles cellules cancéreuses résiduelles et éviter la récidive. Un traitement peut aussi être néoadjuvant. Son but est alors de diminuer la taille de la tumeur et/ou le nombre de métastases avant un traitement chirurgical.

Nature et objectifs des traitements

Un traitement systémique agit sur l’ensemble du corps. Exemple : la chimiothérapie. Un traitement locorégional concentre son action sur la zone de la tumeur et sa région avoisinante. La chirurgie et la radiothérapie sont des traitements locorégionaux.
Un traitement est dit curatif quand il a pour objectif de guérir le cancer. Un traitement palliatif cherche plutôt à ralentir la progression de la maladie et/ou améliorer la qualité de vie en soulageant certains symptômes (la douleur, par exemple).

La chirurgie

Dans de nombreux cancers solides (1), la chirurgie reste au cœur de la stratégie thérapeutique. Elle vise à retirer, réséquer la tumeur et/ou d’éventuelles métastases. S’ils sont envahis par des cellules cancéreuses, les ganglions lymphatiques qui drainent la zone de la tumeur peuvent aussi être retirés.

La chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement médicamenteux. Ces médicaments visent à éliminer les cellules qui se développent rapidement. C’est le cas des cellules cancéreuses, mais aussi de certaines cellules saines de la peau, des cheveux, des muqueuses, etc. La chimiothérapie ne fait pas la différence entre cellules saines et cancéreuses. Voilà pourquoi elle provoque souvent des effets secondaires.

Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées sont des médicaments qui visent certaines protéines ou gènes des cellules cancéreuses, qui permettent leur développement. À priori, ces médicaments ne s’attaquent pas aux cellules saines. Ce qui explique pourquoi les thérapies ciblées provoquent souvent moins d’effets secondaires que la chimiothérapie.
Certaines thérapies ciblées sont associées à un autre traitement (l’immunothérapie, par exemple) pour en renforcer l’efficacité. Exemple : les antiangiogéniques. Cette thérapie ciblée s’attaque aux petits vaisseaux sanguins qui apparaissent et se développent autour d’une tumeur pour l’approvisionner en sang et en oxygène. En bloquant ce processus (appelé l’angiogenèse), les antiangiogéniques empêchent la tumeur de se développer.

La radiothérapie

La radiothérapie est un traitement anticancer par rayonnement. Elle consiste à exposer le patient à des rayonnements ionisants (radioactifs) qui vont détruire les cellules cancéreuses. La quantité d’énergie et l’angle des rayons sont calculés de façon à épargner au maximum les tissus sains environnants. Cela dit, ceux-ci sont forcément traversés par les rayons. D’où les effets secondaires dans la partie du corps irradiée. Dans la grande majorité des cas, ces toxicités sont temporaires et réversibles.

La greffe de cellules souches

La greffe de cellules souches (2) est utilisée pour soigner les leucémies et certains lymphomes. Elle vise à remplacer la moelle osseuse malade (qui produit des cellules sanguines cancéreuses) par une moelle saine.
On distingue 2 types de greffes :

  • L’autogreffe vient du patient. Un peu de sa moelle osseuse est prélevée, "nettoyée" en laboratoire et réinjectée au patient.
  • L’allogreffe désigne un greffon provenant d’une autre personne.

Les principaux effets secondaires d’une greffe de cellules souches sont les risques élevés d’infections et d’hémorragies.

L’hormonothérapie

L’hormonothérapie est un traitement médicamenteux qui agit sur certaines hormones qui stimulent les cellules cancéreuses. En effet, certains cancers sont hormonodépendants. Leur développement est stimulé par certaines hormones (œstrogènes, testostérone, etc.) qui circulent naturellement dans le corps.

***notes***

  • (1) On différencie les cancers solides (tumeurs et/ou métastases) des cancers liquides comme les leucémies et certains lymphomes.
  • (2) Les cellules souches sont les « mères » des autres cellules. C’est à partir des cellules souches situées dans la moelle osseuse que sont produits les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes.

***remerciements***
Merci au Dr. Sandrine Aspeslagh, oncologue à l’Institut Jules Bordet, pour sa collaboration à cet article.

Les autres traitements anticancers

Pour aller plus loin...

L’IMMUNO-ONCOLOGIE EN VIDEO.

L’Immuno-oncologie, une nouvelle
avancée dans la lutte contre le cancer

Une minute pour comprendre...
Le système immunitaire face au cancer

Les différentes approches thérapeutiques
de lutte contre le cancer